Pages

Fourni par Blogger.

vendredi 17 mars 2017

Fraternités - Tomes 1 et 2



Fraternités - Tomes 1 et 2
Scénario : Díaz Canalès, Juan
Dessin : Munuera, José-Luis
Couleurs :  Sedyas, Sergio
Lettrage : Moscow Eye
Traduction : Ruiz, Anne-Marie
Parution : 2011
Editeur : Dargaud
Format : PDF
Nombre de parties : 2 RAR
Taille totale : 346 MB


1. Livre 1/2 05/2011
2. Livre 2/2 10/2011


1863, aux États-Unis, en pleine guerre de Sécession. Telle une enclave perdue dans l'État d'Indiana, une petite communauté a été créée par un groupe d'hommes et de femmes qui souhaite ainsi vivre une expérience audacieuse. Chacun partage ses biens, mais la communauté « Fraternity » – ainsi appelée en raison des valeurs sur lesquelles s'appuie ce modèle de microsociété – repose sur un équilibre fragile. Très vite les dissensions apparaissent, surtout après l'intégration d'un jeune garçon découvert dans la pleine forêt voisine. Un « monstre » aurait même été aperçu au moment de sa capture, une créature qui semblait veiller sur lui. Plus tard, un groupe de soldats en fuite débarque dans la communauté de plus en plus divisée. Un récit tragique et sensible d'une très grande force.

T1 : Septembre 1792. Les jours sombres de la Terreur n'épargnent pas les Francsmaçons. Le duc d'Orléans, cousin du roi Louis XVI et Grand Maître de la franc-maçonnerie, va jusqu'à prendre le nom de Philippe Égalité comme symbole de sa rupture avec l'Ancien Régime. Certains comptent bien tirer profit de ce climat de violence. Gaston Baudecourt, initié, homme de conviction et directeur du journal Fraternités, enquête...

T2 : Gaston Baudecourt est souffrant. Paul a disparu depuis près de onze ans et c'est René, son cadet, qui est devenu le numéro 2 du journal. Le puissant ministre de la police, Joseph Fouché, compte bien utiliser Fraternités et les francs-maçons comme soutiens sans faille à Napoléon Bonaparte dont le sacre est proche. Pour cela, Fouché noyaute et surveille toutes les loges maçonniques

Liens :

http://ul.to/f/m6uzar/Fraternités-2T

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire